Le gouvernement Michel persiste dans la stigmatisation et la précarisation des plus faibles avec le « service communautaire » de Willy Borsus… Pour dénoncer cette mesure et ses dérives prévisibles, plus de 60 associations, ONG, syndicats et partis appellent les pouvoirs publics à boycotter ce dispositif. Lancé à l'initiative du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté et de l'Association de défense des allocataires sociaux, cet appel a déjà été - et continue d'être - largement diffusé et soutenu. L’Interfédération a signé l’appel. 

Les représentants de l’Interfédération ont rencontré des représentants du Forem et du cabinet Tillieux mercredi 14 décembre 2016. La réunion a porté essentiellement sur le contenu de l’arrêté du gouvernement wallon relatif aux CISP ; en particulier, les questions liées au financement et au contrôle ont été approfondies. Dans la foulée, le lendemain, jeudi 15 décembre, le gouvernement a adopté officiellement le texte. Compte-rendu de cette réunion riche en informations et de quelques « cocorico » de contentement…

Il n’y a pas que le Beaujolais nouveau en novembre. Les « projets individualisés d’intégration sociale » (PIIS) nouveaux sont arrivés ! Ils sont obligatoires depuis le 1er novembre 2016 dans les CPAS. Le processus législatif lié à la réforme des PIIS est donc arrivé à son terme. Une circulaire a été communiquée aux CPAS le 14 octobre et est disponible sur le site du SPP-IS via ce lien. Sauf « pour raison d’équité ou de santé », les PIIS sont obligatoires pour tout nouveau bénéficiaire d’un revenu d’intégration sociale (RI). On attend 38.910 nouveaux dossiers en 2017 selon les estimations du SPP.

Quels impacts sont attendus pour les futurs CISP ? Rappel de ce qui change, des effets attendus pour notre secteur et ses publics et commentaires...

La suppression de plus de 3000 emplois chez ING et la fermeture de Caterpillar à Gosselies avec la perte de 2.220 emplois directs et de plusieurs milliers d'autres indirectement, principalement chez les sous-traitants, sont celles qui ont le plus frappé les esprits ou ont mobilisé les médias. Hélas, la liste ne s’arrête pas là... Au secours, on arrête là… Annoncer comme le fait Charles Michel avec son « jobs, jobs, jobs » au Parlement ne suffit pas. Les subsides aux entreprises, les réductions de cotisations patronales ou les « facilités » fiscales devraient être plus fortement liées aux garanties d'emploi et pouvoir être récupérés en cas de licenciements jugés abusifs. Il serait temps que les décideurs politiques prennent des mesures pour éviter que des entreprises rentables utilisent abusivement le statut d’entreprise en difficulté de façon à faire glisser la facture sur la collectivité. Tous les pouvoirs publics doivent travailler à des plans de relance et à la reconversion des régions lourdement touchées. À cet égard, notre secteur a sans doute un rôle à jouer aux côtés des victimes les plus fragiles de ces licenciements...

Une note à l’initiative de l’Intermire est à disposition sur le site web réservé aux affiliés. Elle a le grand mérite de mieux appréhender ces publics, objets (et sujets) de nouvelles politiques. Nous vous en communiquons les éléments essentiels

Les secrétariats sociaux ont annoncé une diminution des frais de défraiement pour l’utilisation de véhicules à moteur personnels pour raison de service suite à la publication au Moniteur du 29 juin 2016 de la circulaire n° 654 du 10 juin 2016 portant sur l’adaptation du montant de l'indemnité kilométrique 2016. Qu’en est-il ?

Le Gouvernement wallon, dans sa Déclaration de Politique Régionale, s’engageait à proposer aux partenaires sociaux un « Pacte pour l’emploi et la formation». C’est fait. Le gouvernement, les patrons et les syndicats ont signé jeudi 30 juin 2016 à Namur, au terme d'une concertation sociale de 15 mois, le premier Pacte. Cet imposant chantier porté par la ministre de l'Emploi Eliane Tillieux avait connu un premier aboutissement en janvier dernier, avec l'accord gouvernement-patrons-syndicats sur deux des six chapitres du Pacte: la réforme des aides à l'emploi et le contrat d'insertion pour les jeunes.

Les quatre autres pans de sa stratégie concernent la formation en alternance des jeunes et des demandeurs d'emploi, la formation continue des travailleurs, l'orientation professionnelle et les outils du dialogue social ; ils sont aussi l’objet d’un accord.

Le plus dur commence avec la mise en œuvre du Pacte. Quel en est le contenu, et, surtout, qu’en penser ?

La brochure de présentation du Pacte est accessible sur :

le site du Gouvernement Wallon

Recherche