Un an de travail aura été nécessaire pour venir à bout de ce chantier où syndicats et patronat ont étroitement été impliqués. L’année écoulée a servi à baliser la réforme, après une large consultation de différents acteurs (ONEM, ONSS, Bureau du Plan,…) ; syndicats et employeurs ont proposé au gouvernement un cadre sur lequel il s’est prononcé entre les demandes de réduction de cotisations sociales défendues par les employeurs et les exigences d’activation des syndicats. Le budget sera intégralement conservé de 1,6 milliard, mais les dispositifs seront réduits.

Le ministre Prévot annonce le maintien et l'adaptation des filières libres, ainsi que le développement d'auto-écoles sociales. Lors de la séance publique de la Commission des travaux publics, de l'action sociale et de la santé du mardi 12 janvier, la députée wallonne Nicaise a questionné le ministre Prévot, sur « la réforme de la filière libre et l’avenir des auto-écoles à finalité sociale ». Elle constate que la réforme, mise en place en février 2014, a durement impacté les associations qui proposent des formations dans le cadre d'un programme d'insertion socioprofessionnelle du fait du manque de moniteurs brevetés, et a pour conséquence l’exclusion des personnes précarisées et déjà éloignées de l’emploi.

La « suédoise » fédérale est parvenue à un accord dans la nuit du 10 au 11 octobre sur les finances fédérales. Le mal nommé « Tax shift », nouvelle version, est donc prêt. Ce deuxième volet est essentiellement axé sur la promesse des 100 euros net par mois pour les ménages et sur des mesures incitatives pour les petites entreprises et les indépendants, « oubliés » de la première mouture. Les médias ont abondamment commenté la nouvelle sans s’intéresser à ses effets sur le non marchand en général et sur le Maribel social en particulier. Nous y sommes particulièrement attentifs depuis l’été ; nos craintes sur le maintien des moyens du Maribel social se confirment. Hélas…

Le jeudi 10 septembre 2015, le Gouvernement wallon a adopté son premier plan transversal de lutte contre la pauvreté, élaboré à l’initiative et sous la coordination du Ministre-Président, Paul Magnette. Ce programme, qui implique l’ensemble des membres du Gouvernement, cherche à complèter les dispositifs existants. Il a été établi en partenariat avec des acteurs, associatifs et publics, de la lutte contre la pauvreté comme le réseau wallon de lutte contre la pauvreté - par contre, les représentants du secteur des EFT et OISP n’ont pas été contactés.Quelles en sont les intentions et contenus, quelles propositions en lien avec les opérateurs agréés EFT, OISP, PMTIC ou SIS ? Voici une première analyse, à prendre ou à laisser…

Le 12 mai à l’auberge de jeunesse de Namur, CAIPS organisait une matinée pédagogique de réflexion à caractère politique et stratégique : « L’approche par compétences : émancipation ou exclusion ? Quels moyens pour renforcer la capacité de notre public à vivre ensemble et à s’épanouir dans la société ? ». Les affiliés de la fédération ont exprimé à plusieurs reprises des attentes dans la mise en place d’un processus de réflexion qui leur permette de prendre du recul par rapport à leurs pratiques professionnelles. Cette matinée était l’occasion d’approfondir ce débat.

Actes de la matinée

Recherche